Introduction

Vous avez peut-être entendu parler du CBD, de ses propriétés cosmétiques et de sa régulation complexe, mais avant de parler de comment introduire le CBD dans les produits cosmétiques, voyons ce qu’est cette nouvelle molécule tendance.

Qu’est-ce que le CBD?

CBD signifie cannabidiol, une substance présente dans la plante de marijuana. Contrairement au THC ou au tétrahydrocannabinol, que l’on trouve également dans ladite plante, le CBD n’est pas psychoactif, c’est-à-dire qu’il ne produit pas d’effets psychotropes sur le système nerveux.La molécule de THC agit en se liant aux récepteurs cannabinoïdes (CB1 et CB2) du système nerveux central, en particulier dans l’hippocampe, le cortex frontal et le cervelet, entre autres. Cela provoque une réduction de la coordination et de la mémoire [1].

Alors que le CBD a moins d’affinité pour les récepteurs cannabinoïdes, il se lie plutôt à des récepteurs tels que TRPV1 impliqués dans la perception de la douleur ou de l’inflammation. Pour toutes ces raisons, il possède différentes propriétés qui font du CBD un ingrédient intéressant pour la formulation cosmétique et dans les applications médicales pour traiter différentes conditions.

Applications médicales du CBD

Douleur

Diverses études ont montré l’effet analgésique du CBD sur la douleur dans des modèles animaux de douleur inflammatoire, arthrosique ou neuropathique. Les injections de CBD dans la matière grise du cerveau ont réduit l’activité des neurones nociceptifs (ceux qui traitent la sensation de douleur) de manière dose-dépendante, cet effet a été produit par l’interaction du CBD avec les récepteurs de l’adénosine A1 et TRPA1 [2].

Dans les essais cliniques humains, le CBD s’est avéré sûr et efficace pour réduire les sensations douloureuses et les démangeaisons à l’aide d’un gel transdermique.

Épilepsie

Le CBD s’est avéré efficace dans le traitement de l’épilepsie. En effet, on peut actuellement trouver sur le marché un médicament composé de CBD et approuvé par les agences du médicament américaines (FDA) et européennes (EMA).

Ce médicament, appelé Epidiolex, a été approuvé pour le traitement des convulsions associées au syndrome de Lennox Gastaut, au syndrome de Dravet et à la sclérose tubéreuse. De manière générale, Epidiolex réduit la fréquence des crises tant chez l’adulte que chez l’enfant à partir de 1 an [2].

Image by jeshootscom from Pexels

Migraine

La migraine se caractérise par un mal de tête lancinant d’un côté de la tête. De plus, il peut être accompagné d’une sensibilité sensorielle, de nausées et de vomissements. Bien que les causes de la migraine ne soient pas connues avec précision, on pense que le tronc cérébral et ses connexions au nerf trijumeau sont impliqués.Dans un essai clinique mené sur 145 patients, il a été observé que plus de 60% des patients qui consommaient du CBD présentaient moins de symptômes migraineux et une meilleure qualité de sommeil, ainsi qu’une réduction de la consommation de médicaments contre la migraine [3].

Anxiété

Certaines études cliniques montrent un effet anxiolytique du CBD. Cependant, cet effet semble limité au moment de la consommation. De nombreuses études précliniques ont montré cet effet anxiolytique aigu pour les troubles associés à l’anxiété tels que le trouble anxieux généralisé, le trouble panique, le trouble d’anxiété sociale, le trouble obsessionnel-compulsif et le trouble de stress post-traumatique [4].

Cependant, peu d’études ont été menées pour évaluer l’effet du CBD en tant que traitement de l’anxiété chronique, donc plus de preuves sont nécessaires pour soutenir son utilisation.

CDB dans les cosmétiques

Acné

L’acné se caractérise par une production accrue de sébum, une inflammation et une présence accrue de Cutibacterium acnes sur la peau.Dans une étude menée sur des sébocytes en culture et des modèles de peau humaine, il a été découvert que le CBD inhibait la prolifération des sébocytes en activant le canal ionique TRPV4 [5]. D’autre part, une étude menée auprès de 20 patients présentant différentes affections dermatologiques a montré que l’application topique de pommade riche en CBD améliore significativement l’hydratation de la peau et réduit son niveau d’inflammation.

Enfin, diverses études ont montré que la plante à partir de laquelle le CBD est obtenu, le Cannabis sativa, possède des propriétés antimicrobiennes qui pourraient aider à améliorer la qualité des peaux acnéiques [6].

Image by Alesia Kozik from Pexels

Rides

Comme nous l’avons vu dans un post précédent, l’augmentation du stress oxydatif est associée à une activation du système complémentaire qui finit par enflammer et endommager le derme. L’augmentation du stress oxydatif due à l’âge contribue aux processus de vieillissement de la peau.

A petites doses, il a été démontré que le CBD possède des propriétés antioxydantes, ce qui en fait un ingrédient intéressant pour les formulations cosmétiques destinées aux peaux matures. Plus précisément, il a été démontré que le CBD a une plus grande capacité antioxydante que le tocophérol ou la vitamine E [7]. 

Conclusion

Même si d’autres études sont encore nécessaires pour avoir des preuves suffisantes pour confirmer toutes ces propriétés du CBD. Il existe suffisamment d’indications pour que son utilisation dans les formulations cosmétiques soit une réalité et apporte une solution pour améliorer sa qualité pour différents types de peau.

Références
  1. Bloomfield, M. A., Ashok, A. H., Volkow, N. D., & Howes, O. D. (2016). The effects of Δ9-tetrahydrocannabinol on the dopamine system. Nature, 539(7629), 369–377. https://doi.org/10.1038/nature20153
  2. Mlost, J., Bryk, M., & Starowicz, K. (2020). Cannabidiol for Pain Treatment: Focus on Pharmacology and Mechanism of Action. International journal of molecular sciences, 21(22), 8870. https://doi.org/10.3390/ijms21228870
  3. Poudel, S., Quinonez, J., Choudhari, J., Au, Z. T., Paesani, S., Thiess, A. K., Ruxmohan, S., Hosameddin, M., Ferrer, G. F., & Michel, J. (2021). Medical Cannabis, Headaches, and Migraines: A Review of the Current Literature. Cureus, 13(8), e17407. https://doi.org/10.7759/cureus.17407
  4. Blessing, E. M., Steenkamp, M. M., Manzanares, J., & Marmar, C. R. (2015). Cannabidiol as a Potential Treatment for Anxiety Disorders. Neurotherapeutics : the journal of the American Society for Experimental NeuroTherapeutics, 12(4), 825–836. https://doi.org/10.1007/s13311-015-0387-1
  5. Oláh, A., Tóth, B. I., Borbíró, I., Sugawara, K., Szöllõsi, A. G., Czifra, G., Pál, B., Ambrus, L., Kloepper, J., Camera, E., Ludovici, M., Picardo, M., Voets, T., Zouboulis, C. C., Paus, R., & Bíró, T. (2014). Cannabidiol exerts sebostatic and antiinflammatory effects on human sebocytes. The Journal of clinical investigation, 124(9), 3713–3724. https://doi.org/10.1172/JCI64628
  6. Andre, C. M., Hausman, J. F., & Guerriero, G. (2016). Cannabis sativa: The Plant of the Thousand and One Molecules. Frontiers in plant science, 7, 19. https://doi.org/10.3389/fpls.2016.00019
  7. Hampson, A. J., Grimaldi, M., Axelrod, J., & Wink, D. (1998). Cannabidiol and (-)Delta9-tetrahydrocannabinol are neuroprotective antioxidants. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 95(14), 8268–8273. https://doi.org/10.1073/pnas.95.14.8268

Cover image by Aphiwat Chuangchoem from Pexels

Facebooktwitterlinkedinmail