Saviez-vous que non seulement les gènes influencent la santé de votre peau ? Les éléments environnementaux tels que le rayonnement solaire, les niveaux de pollution, les routines quotidiennes et même ce que vous mangez peuvent façonner l’état de votre peau. Pour englober tous les facteurs non génétiques qui influencent la santé des individus, le terme exposome est utilisé. Mais, comment l’exposome influence la peau ?

L’exposome humaine

L’exposome couvre toutes les expositions que les individus recevront tout au long de leur vie. Comme nous l’avons mentionné précédemment, c’est tout ce qui peut influencer la santé des individus qui n’est pas déterminé par les gènes.

Dans le cas de la peau, 7 facteurs externes ont été identifiés comme les plus influents pour sa santé :

  1. Rayonnement solaire
  2. Pollution atmosphérique
  3. Tabac
  4. Alimentation
  5. Température
  6. Stress
  7. Manque de sommeil

 1. Rayonnement solaire

Les rayons du soleil ont un effet direct sur la peau. Le rayonnement solaire se divise en rayonnement ultraviolet (UV A qui atteint le derme et UV B qui reste dans l’épiderme). En plus des rayonnements visibles et infrarouges (IRA, IRB et IRC, dont seul l’IRA pénètre la peau).

Nous avons parlé des effets de différents rayonnements sur la peau il y a quelques mois dans cet article. Cependant, en plus des coups de soleil, le rayonnement solaire a des effets à long terme. En ce sens, le rayonnement solaire accélère le vieillissement cutané dans un processus appelé photovieillissement, dont nous avons parlé dans un article précédent.

Fotografía de mujer tapándose la cara por reflejo del sol

Image by marek-piwnicki from Pexels

2. Pollution atmosphérique

Plusieurs études ont établi un lien entre le vieillissement cutané et l’augmentation de la pollution de l’air. Ainsi, dans une étude épidémiologique réalisée chez des femmes caucasiennes âgées, l’existence d’une relation entre l’exposition aux particules en suspension dans l’air du trafic a été établie avec le vieillissement cutané [1]. D’autre part, une étude comparant les effets de la pollution entre populations urbaines et rurales a déterminé que le contact avec des éléments issus de combustibles fossiles influence le vieillissement cutané [2].

En plus des particules en suspension dans l’air, le dioxyde d’azote et l’ozone influencent la peau. Ainsi, le dioxyde d’azote est lié à une augmentation des imperfections cutanées [2, 3], tandis que l’ozone est lié à la formation de rides sur le visage [4] en raison de son action oxydante sur la couche cornée [5].

3. Tabac

De la même manière que la pollution, les composés du tabac peuvent induire des rides et des imperfections sur le visage. Le tabagisme semble influencer la couleur de la peau, réduisant son éclat. Cependant, cet effet semble être réversible car la couleur de la peau peut revenir à son ton normal lors de l’arrêt du tabac [6].

Ce n’est pas un mythe que les fumeurs semblent plus âgés. Des études sur des frères et sœurs jumeaux ont établi un lien entre le tabagisme et une plus grande laxité de la peau. En fait, on estime que les fumeurs parmi les paires de jumeaux qui fument depuis 10 ans en moyenne ont l’air de 2,5 ans de plus que leurs frères ou sœurs [7]. Les mécanismes par lesquels le tabac semble induire le vieillissement cutané semblent être liés à l’augmentation du stress oxydatif, à la diminution de la prolifération des fibroblastes et à la décomposition de la matrice extracellulaire [8,9].

4. Alimentation

Une alimentation carencée sur le plan nutritionnel semble être à l’origine de certains processus qui accélèrent le processus de vieillissement de la peau. Plus précisément, une consommation excessive d’alcool (≥8 boissons alcoolisées par semaine) est associée à une augmentation des rides du haut du visage, des poches sous les yeux et une perte de volume au milieu du visage [10].

De même, une consommation élevée de graisses et de sucres est liée, à son tour, à une augmentation du vieillissement cutané en augmentant le stress oxydatif et les dommages inflammatoires [11].

5. Température

Le rayonnement infrarouge du soleil augmente la température de la peau de son optimum de 33 °C à 40 °C. Cette augmentation stimule le recrutement de cellules inflammatoires dans la peau, provoquant des dommages à l’ADN dus au stress oxydatif [12].

L’effet des températures élevées sur la peau peut être observé dans les bras des boulangers et les visages des souffleurs de verre, deux professions liées à une exposition constante à des températures élevées, et dont la peau a été plus vieillie que celle du reste du corps [13].

Fotografía de soplador de vidrio trabajando con el soplete

Image by Ebonyhawk66 from Pixabay

6. Stress

L’intégrité de la peau est réduite par des niveaux élevés de stress. En ce sens, il a été prouvé que le stress chronique, par l’action du cortisol, des catécholamines et des neuropeptides, provoque un dysfonctionnement du système immunitaire, ce qui augmente le stress oxydatif et endommage l’ADN de la peau. Tous ces éléments participent au processus de vieillissement de la peau [14]. Dans le même temps, le stress réduit la perméabilité et induit la détérioration de la fonction barrière, réduisant sa capacité de récupération [15, 16].

Enfin, le stress peut exacerber certaines affections comme la peau atopique ou l’augmentation de la chute des cheveux. Des détails sur la façon dont le stress influence la qualité de la peau et l’homéostasie peuvent être trouvés dans cet article.

7. Manque de sommeil

Les rythmes circadiens affectent le bon entretien de la peau. Ainsi, lorsque ces rythmes sont altérés, il y a une diminution des cellules précurseurs des cheveux et des propriétés régénératrices de la peau, ce qui contribue au vieillissement [17].

Ainsi, il a été observé que les femmes qui dorment moins de 5 heures par jour présentent des signes plus importants de vieillissement intrinsèque [18], caractérisés par une augmentation des poches sous les yeux, des poches, des cernes, une pâleur, une augmentation des rides et des coins des yeux [19].

Fotografía de mujer con insomnio mirando el móvil en la cama

Image by Cottonbro from Pexels

Influence of the exposome on skin conditions

Dermatite atopique

La dermatite atopique est une maladie inflammatoire chronique à composante génétique, inflammatoire et environnementale. Parmi les facteurs externes qui composent l’exposome et influencent l’apparition et le maintien de la dermatite atopique figurent la pollution de l’environnement, la qualité de l’eau, le rayonnement solaire, l’humidité et la température de l’environnement [20].

La prévalence de la dermatite atopique est beaucoup plus élevée dans la population pédiatrique que chez l’adulte. En effet, 90 % des personnes atteintes de dermatite atopique la développent au cours des 5 premières années de vie [21]. En ce sens, certaines données probantes établissent un lien entre le tabagisme maternel pendant la grossesse et l’exposition postnatale au tabac et l’incidence de la dermatite atopique chez les enfants. Étant donné que les enfants exposés avant la naissance à des particules en suspension dans l’air, au benzène, aux composés azotés et à la fumée de tabac courent un risque accru de développer une dermatite atopique [22].

Acné

L’acné est causée par une inflammation des follicules pilo-sébacés le plus souvent à l’adolescence, mais survient également à l’âge adulte. Des 7 facteurs externes de l’exposome, la nutrition est considérée comme le plus important pour le développement de l’acné.

De cette façon, on a vu comment des aliments tels que les glucides hyperglycémiques ou le lait écrémé sont considérés comme des déclencheurs d’acné. Aussi, les compléments alimentaires riches en leucine peuvent induire et aggraver l’acné [23].

Par conséquent, pour prendre soin de la peau, il ne suffit pas de l’hydrater. Une bonne alimentation, se reposer les heures nécessaires la nuit, se protéger du soleil, réduire le stress et éviter la consommation de tabac sont d’autres éléments à considérer dans les soins quotidiens de la peau.

Références

  1. Vierkötter, T. Schikowski, U. Ranft, D. Sugiri, M. Matsui, U. Krämer, J. Krutmann, Airborne particle exposure and extrinsic skin aging, J. Invest. Dermatol. 130 (12) (2010) 2719–2726.
  2. Li, A. Vierkötter, T. Schikowski, A. Hüls, A. Ding, M.S. Matsui, B. Deng, C. Ma, A. Ren, J. Zhang, J. Tan, Y. Yang, L. Jin, J. Krutmann, Z. Li, S. Wang, Epidemiological evidence that indoor air pollution from cooking with solid fuels accelerates skin aging in Chinese women, J. Dermatol. Sci. 79 (2) (2015) 148–154.
  3. Hüls, A. Vierkötter, W. Gao, U. Krämer, Y. Yang, A. Ding, S. Stolz, M. Matsui, H. Kan, S. Wang, L. Jin, J. Krutmann, T. Schikowski, Traffic-related air pollution contributes to development of facial lentigines: further epidemiological evidence from Caucasians and Asians, J. Invest. Dermatol. 136 (5) (2016) 1053–1056.
  4. Hüls, T. Schikowski, U. Krämer, D. Sugiri, S. Stolz, A. Vierkoetter, J. Krutmann, Ozone exposure and extrinsic skin aging: results from the SALIA cohort, J. Invest. Dermatol. 135 (2015) 286 (S49, Abstract).
  5. J. Thiele, M.G. Traber, T.G. Polefka, C.E. Cross, L. Packer, Ozone-exposure depletes vitamin E and induces lipid peroxidation in murine stratum corneum, J. Invest. Dermatol. 108 (5) (1997) 753–757.
  6. Ishiwata, K. Seyama, T. Hirao, K. Shimada, Y. Morio, K. Miura, A. Kume, H. Takagi, K. Takahashi, Improvement in skin color achieved by smoking cessation, Int. J. Cosmet. Sci. 35 (2) (2013) 191–195.
  7. J. Rowe, B. Guyuron, Environmental and genetic factors in facial aging in twins, in: M.A. Farage, K.W. Miller, H.I. Maibach (Eds.), Textbook of Aging Skin, Springer Berlin, Heidelberg, 2010, pp. 441–446.
  8. M. Prins, Y. Wang, Quantitative proteomic analysis revealed N’-nitrosonornicotine-induced down-regulation of nonmuscle myosin II and reduced cell migration in cultured human skin fibroblast cells, J. Proteome Res. 12 (3) (2013) 1282–1288.
  9. Y. Yang, C.L. Zhang, X.C. Liu, G. Qian, D.Q. Deng, Effects of cigarette smoke extracts on the growth and senescence of skin fibroblasts in vitro, Int. J. Biol. Sci. 9 (6) (2013) 613–623.
  10. Goodman, G. D., Kaufman, J., Day, D., Weiss, R., Kawata, A. K., Garcia, J. K., Santangelo, S., & Gallagher, C. J. (2019). Impact of Smoking and Alcohol Use on Facial Aging in Women: Results of a Large Multinational, Multiracial, Cross-sectional Survey. The Journal of clinical and aesthetic dermatology, 12(8), 28–39.
  11. Cao, C., Xiao, Z., Wu, Y., & Ge, C. (2020). Diet and Skin Aging-From the Perspective of Food Nutrition. Nutrients, 12(3), 870.
  12. Cho, M.H. Shin, Y.K. Kim, J.E. Seo, Y.M. Lee, C.H. Park, J.H. Chung, Effects of infrared radiation and heat on human skin aging in vivo, J. Investig. Dermatol. Symp. Proc. 14 (1) (2009) 15–19.
  13. Y. Seo, J.H. Chung, Thermal aging: a new concept of skin aging, J. Dermatol. Sci. 2 (1) (2006) S13–S22.
  14. H. Dunn, J. Koo, Psychological stress and skin aging: a review of possible mechanisms and potential therapies, Dermatol. Online J. 19 (6) (2013) 18561.
  15. Fukuda, S. Baba, T. Akasaka, Psychological stress has the potential to cause a decline in the epidermal permeability barrier function of the horny layer, Int. J. Cosmet. Sci. 37 (1) (2015) 63–69.
  16. Altemus, B. Rao, F.S. Dhabhar, W. Ding, R.D. Granstein, Stress-induced changes in skin barrier function in healthy women, J. Invest. Dermatol. 117 (2) (2001) 309–317.
  17. Deshayes N, Genty G, Berthelot F, Paris M. Human long-term deregulated circadian rhythm alters regenerative properties of skin and hair precursor cells. Eur J Dermatol. 2018 Aug 1;28(4):467-475.
  18. Oyetakin-White, A. Suggs, B. Koo, M.S. Matsui, D. Yarosh, K.D. Cooper, E.D. Baron, Does poor sleep quality affect skin ageing? Clin. Exp. Dermatol. 40 (1) (2015) 17–22.
  19. Sundelin, M. Lekander, G. Kecklund, E.J. Van Someren, A. Olsson, J. Axelsson, Cues of fatigue: effects of sleep deprivation on facial appearance, Sleep 36 (9) (2013) 1355–1360.
  20. Stefanovic, N., Flohr, C., & Irvine, A. D. (2020). The exposome in atopic dermatitis. Allergy, 75(1), 63–74.
  21. Pinson R, Sotoodian B, Fiorillo L. Psoriasis in children. Psoriasis (Auckl). 2016 Oct 20; 6:121-129.
  22. Yi O, Kwon H‐J, Kim HO, et al. Effect of environmental tobacco smoke on atopic dermatitis among children in Korea. Environ Res. 2012; 113:40‐45.
  23. Dréno B, Bettoli V, Araviiskaia E, Sanchez Viera M, Bouloc A. The influence of exposome on acne. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2018 May;32(5):812-819.

Cover image Marek Piwnicki from Pexels

Facebooktwitterlinkedinmail