25 février 2015

Un jour comme aujourd’hui il y a 5 ans, AntalGenics est né en tant que spin-off de l’Université Miguel Hernández (UMH) avec une mission claire: «Découvrir et développer des molécules innovantes dans le domaine de la neurobiologie sensorielle avec des applications pharmacologiques et cosmétiques».

Dans cette optique, les professeurs Asia Fernández, Gregorio Fernández et Antonio Ferrer Montiel, de l’Institut de recherche, de développement et d’innovation en biotechnologie de la santé à Elche (IDiBE), ont promu la création d’Antalgenics dans le parc scientifique de l’UMH. Aujourd’hui, cinq ans plus tard, ils revoient sa trajectoire et nous donnent leur vision de l’avenir d’AntalGenics.

L’équipe d’AntalGenics en 2015. De gauche a droit: Tania Trujillo, Antonio Ferrer Montiel, Isabel Devesa, Gregorio Fernández, Asia Fernández et Cristina Menchón.

Quelle était la motivation derrière AntalGenics?

Pour Asia Fernández (AF) AntalGenics représente un moyen direct de transférer la recherche fondamentale à la société. De par leur formation et leur expérience en tant que chercheurs, ils tentent de connaître les mécanismes moléculaires impliqués dans certaines pathologies. Au lieu de laisser ces connaissances rester simplement dans de nouvelles publications scientifiques, AntalGenics, s’agit d’aller plus loin et de transférer ces connaissances à la société.

Dans le même sens, Gregorio Fernández (GF) estime que la génération de connaissance en sciences fondamentales ne peut pas rester dans les bibliothèques, un pas en avant doit être fait pour les mettre au service de la société. En ce sens, l’entreprise a combiné l’expérience de nombreuses années de recherche avec le désir de franchir une nouvelle étape pour valoriser les découvertes issues du travail quotidien.

Enfin, pour Antonio Ferrer Montiel (AFM) la constitution d’AntalGenics permet de transférer les connaissances générées au cours des 10 dernières années dans le domaine de la neurobiologie sensorielle cutanée et de ses pathologies, en produits utiles pour les personnes qui en souffrent, ainsi que le développement de la neurocosmétique produits pour peaux sensibles.

AntalGenics a-t-il été votre première expérience entrepreneuriale?

AF: Dans mon cas, c’est la première expérience à participer directement. Auparavant, j’avais déjà collaboré avec d’autres entreprises qui avaient commencé à l’institut, mais c’était une collaboration opportune. Dans AntalGenics, il y a une plus grande implication de ma part dans tous les aspects de l’entreprise.

GF: Bien qu’une entreprise spin-off ait été créée à l’institut de recherche, je n’avais personnellement pas été aussi étroitement impliqué que dans le cas d’AntalGenics. Il est vrai que j’avais collaboré étroitement avec d’autres sociétés, mais sans participation. Cependant, cette expérience a facilité et encouragé la possibilité de commencer l’entrepreneuriat, car j’ai pu vérifier que mes connaissances et mon expérience antérieure en biologie computationnelle pouvaient être appliquées avec succès.

AFM: Non, pour moi, c’était le deuxième après DiverDrugs, que j’ai aidé à créer en 1999 et qui a été vendu en 2012 à la multinationale Lubrizol.

Quelle est l’innovation apportée par AntalGenics?

AF: L’innovation apportée par AntalGenics est la connaissance approfondie que les membres qui le forment ont sur le système sensoriel, les cibles pharmacologiques qui le composent et leur expérience dans la recherche de modulateurs de ces cibles. AntalGenics apporte de nouvelles molécules actives avec une base scientifique puissante et solide pour augmenter leurs chances de succès et d’efficacité.

GF: AntalGenics combine son expérience en neurobiologie sensorielle et aborde la recherche de nouvelles molécules actives grâce à des techniques de criblage expérimentales et informatiques à haute performance. Avec une base scientifique solide, la sélection de nouvelles cibles thérapeutiques et la découverte de nouveaux composés modulateurs sont abordées, dans le but d’améliorer les symptômes de certaines pathologies et altérations du système nerveux périphérique.

AFM: Fondamentalement, AntalGenics utilise comme cible thérapeutique l’inflammation neurogène dermique, c’est-à-dire, la contribution du système neurosensoriel périphérique (dermique) aux processus inflammatoires cutanés. Jusqu’à présent, l’accent était mis sur le système immunitaire, sous-estimant l’implication centrale du système nerveux cutané.

Comment voyez-vous AntalGenics au cours des cinq prochaines années?

AF: Ma vision d’AntalGenics au cours des 5 prochaines années est la consolidation, je pense que nous serons en mesure de générer les revenus nécessaires à partir des ventes des ingrédients neurocosmétiques qui sont sur le marché, pour continuer avec d’autres projets, également axés sur la ligne de la neurobiologie sensorielle, qui apporte une solution aux symptômes ou pathologies pour lesquels il n’existe pas encore de traitements adéquats.

GF: Les produits qu’AntalGenics a sur le marché permettront à l’entreprise de se consolider et de se spécialiser dans le développement de neuro-produits qui servent à résoudre d’autres problèmes demandés par la société.

AFM: En tant qu’entreprise spécialisée dans le développement de molécules neuroactives cutanées, considérant ses deux aspects: le développement de neurothérapies topiques pour le traitement des dermopathologies et le développement de neurocosmétiques pour le soin des peaux sensibles.

L’équipe AntalGenics tout au long de ces 5 années. De gauche à droite: Verónica Rivero, María José López, Mónica García, Tania Trujillo, Ana Sempere, Philipp Tsolakis, Laura Butrón, Cristina Palacios, Jorge de Andrés, Gema Soriano, Isabel Devesa et Lucia Gregorio.

25 février 2020

Aujourd’hui, AntalGenics est une réalité commerciale avec un nouvel ingrédient neurocosmétique pour les peaux sensibles sur le marché et fournissant des services de recherche personnalisés

Cover image by profivideos from Pixabay

Facebooktwitterlinkedinmail